Journée Mondiale de Lutte contre la Désertification et la Sècheresse

désertification

La Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse (JMLDS) est célébrée chaque année le 17 Juin pour sensibiliser l’opinion publique à cette question et aux efforts à faire au niveau international. Le 17 juin 1992, l’ONU a adopté la convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD). Cette Journée a pour but le changement des comportements vis-à-vis des principaux facteurs de désertification et de dégradation des terres : la surexploitation des ressources naturelles, la production et la consommation croissante et excessive de la population mondiale consécutive à la croissance démographique.

Le terme pour cette édition 2020 est « Aliments. Fourrage. Fibres. ». Ainsi donc, la présente édition de la JMLDS vise à attirer l’attention du monde entier sur la dépendance des êtres humains aux terres pour assurer leur santé et leur bien-être. La dégradation des terres a une incidence sur la vie de près de la moitié de la population mondiale. Alors que celle-ci continue de croître, les besoins en terres destinées à la production d’aliments, de fourrage pour les animaux et de fibres pour la fabrication de vêtements ne cessent également d’augmenter.

L’Afrique est sans conteste la région la plus durement touchée par la désertification et les sécheresses. Le Bénin comme plusieurs pays à travers n’échappe à cette réalité de plus en plus préoccupante. De 1978 à 2010, le Bénin a perdu près de 85 % de ses forêts denses et plus de 30 % de son couvert végétal. Environ 75.000 ha de forêts sont détruits chaque année au Bénin, au cours de la décennie 1990-2010. Ce rythme élevé de destruction inscrit le Bénin dans le groupe des pays à fort taux de déforestation en Afrique. Ce phénomène a de multiples conséquences dont les plus visibles sont sur l’environnement, car la désertification rend les terrains inondables, ce qui entraîne une salinisation des sols, et donc une détérioration de la qualité de l’eau et par ricochet une augmentation de la vulnérabilité des populations.

En réponse à ce constat des solutions locales doivent être mises en œuvre rapidement pour réduire la vulnérabilité des populations. A cet effet, IDID-ONG a mis en œuvre de façon participative, un certain nombre d’actions pour assurer la protection et de réhabilitation des sols dégradés autant que la gestion durable des terres. Au nombre de ces actions nous avons la sensibilisation des agriculteurs et agricultrices pour une prise de conscience face aux mauvaises pratiques agricoles et aux défis liés à une agriculture durable, le renforcement de capacités des agriculteurs et agricultrices sur les options pertinentes de Gestion Durable des Terres et d’adaptation aux changements climatiques.