PIJEV / REPASOC

L’emploi des jeunes est l’un des défis les plus pressants auxquels est confrontée l’Afrique subsaharienne. Entre 2015 et 2035, il y aura chaque année 500 000 jeunes de quinze ans de plus que l’année précédente. Le manque d’emplois salariés accule les jeunes vers le secteur informel, aux emplois moins stables et moins payés. Les femmes en recherche d’un emploi, aussi bien formel qu’informel, sont plus particulièrement affectées et se heurtent souvent à des obstacles encore plus grands dans leur quête d’un travail. Le Bénin, à l’instar des autres pays de l’Afrique subsaharienne est concerné par le problème. La lutte contre le chômage constitue un défi pour le gouvernement du Bénin dans un contexte où le taux de chômage est sans cesse croissant et les prévisions restent très inquiétantes. Le taux de chômage élargi aux jeunes de 15-29 ans est passé à 14,3% en 2012 contre 1% seulement en 2001 avec un taux de sous-emploi des jeunes qui était de 50% en 2011 et qui est passé de 70% en 2013 (INSAE, 2015).
Chaque année, plus de 150.000 jeunes sont déversés sur le marché de travail dont 30.000 environ sans grande qualification. Une analyse plus détaillée de la situation permet de constater que le chômage est un fait typiquement urbain puisque le taux de chômage en milieu urbain est de 4,9% contre 0,8% en milieu rural (INSAE, 2015). Cela s’expliquerait par une bonne utilisation de main-d’oeuvre dans le secteur informel et particulièrement, en milieu rural, dans le secteur primaire, notamment en agriculture, élevage et pêche (INSAE, 2011). Les jeunes sont au chômage après leurs formations ainsi que ceux sans qualification qui migrent des milieux ruraux vers les villes se retrouvent confrontés à la réalité économique de la vie citadine.
L’agriculture périurbaine durable et les emplois verts constituent une solution pertinente pour contribuer à la réduction du chômage de par sa capacité à créer de nouveaux emplois. En effet dans nos villes africaines et leurs périphéries immédiates produisent déjà et continueront à produire une partie importante de la nourriture nécessaire à leurs populations, tout en assurant travail et emploi aux jeunes citadins pauvres.
Le projet d’appui à l’insertion des jeunes des villes périurbaines de Porto-Novo (Adjarra, Missérété et Avrankou) dans l’Entrepreneuriat agricole et les emplois verts a pour but de contribuer à la réduction du chômage des jeunes, d’améliorer leurs conditions de vie, d’étendre les opportunités d’emploi, de renforcer le capital humain et de promouvoir l’entreprenariat.

Cliquez sur le document projet pour le visualiser.

Résumé PIJEV_ 2019