SGP

Titre du projet : Promotion du maraîchage respectueux de l’environnement et de la santé humaine : exemples des maraichers des villages de Houédo et d’Agonli-lowé dans la commune d’Adjohoun.

Dans la commune d’Adjohoun (Bénin), le maraichage est une activité très développée et essentiellement pratiquée par les femmes. Les pratiques mises en œuvre dans la production de légumes mettent en mal l’environnement (pollution des plans d’eau par les pesticides organo persistants et autres pesticides non recommandés en maraîchage tel que SUNTEX, CYPERCAL et CYPERDICOT, etc…) et la santé humaine (présence de résidus de pesticides dans les légumes due à l’utilisation de pesticides non recommandés, non-respect du délai avant récolte, etc.).

Les contraintes d’accès aux intrants agricoles spécifiques de qualité pour la production saine de légumes et le manque d’informations et de formations sur les bonnes pratiques phytosanitaires sont à la base de ces mauvaises pratiques observées.

Face à cette situation, l’ONG Initiatives pour un Développement Intégré et Durable (IDID) a initié le projet «Réduction de l’impact des pratiques phytosanitaires du maraichage sur l’environnement et la santé humaine dans la commune d’Adjohoun » avec l’appui technique et financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à travers le Programme du Micro-Financement du Fonds pour l’Environnement Mondial (PMF/FEM).

A retenir :

  • Programme de Micro-financement du Fonds pour l’Environnement Mondial (PMF/ FEM) et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont appuyé l’ONG Initiatives pour un Développement Intégré et Durable (IDID) pour un montant de 13.500.000 Fcfa ;
  • Les sensibilisations/formations ont permis aux maraichères de deux villages (Houédo et Agonli-lowé) de la commune d’Adjohoun (département de Ouémé) de prendre conscience de la nuisance des POPs sur l’environnement et la santé humaine et, d’adopter de bonnes pratiques phytosanitaires ;

  • 4 groupements, soit au total de 80 maraîchères ont été techniquement appuyées sur les bonnes pratiques phytosanitaires et de production maraîchère ;
  • Les maraîchères ont reçu du savoir-faire pour l’utilisation des extraits aqueux du neem (Azadirata indica) dans le traitement phytosanitaire des légumes feuilles ;
  • 80 maraîchères ont été appuyées par des crédits de production à travers le Fonds d’Appui à l’Environnement et au Développement (FAED). Ces crédits leur ont permis d’accroître leurs productions et donc d’augmenter leur autonomie financière tout en garantissant une production saine pour la santé humaine et respectueuse de l’environnement.

Dans le souci de faciliter l’accès des maraîchères aux pesticides recommandés en maraîchage, l’ONG IDID a suscité la mise en place d’une boutique témoin de vente de ces produits dans la commune. Cette boutique est gérée par un Comité Local de Suivi composé des représentants des groupements bénéficiaires du projet, des organisations faîtières de producteurs et du Responsable du Développement Rural (RDR) de la commune.

Les résultats obtenus par ce projet sont très satisfaisants et restent des acquis capitalisables pour la promotion de bonnes pratiques de production maraichère respectueuse de l’environnement et de la santé humaine et pour l’autonomisation des femmes rurales au Bénin.

Galerie Photos